COVID-19 information
/
For the latest updates, please visit our coronavirus (COVID-19) website:

Dovi Abbey

Storyteller

Dovi is a man of many talents. He was born in Senegal and has lived in several countries and worked in many different industries including travel, academia, research, and aviation. Dovi is part of the first graduating class for Immigrants Lead Boston, a program by the Mayor's Office of Immigrant Advancement that trains emerging immigrant leaders to become advocates in their communities.

Dovi shared his story during "Suitcase Stories: Boston Immigrants Unpack 2020". 

Learn about Dovi's story

By Dovi Abbey

2020 was an unforgettable year for all of us. For me, the year was defined by a couple of phone calls with a very good friend of mine and my favorite ping pong practice partner. On the first Monday of January 2020, he calls to ask if I plan on going to ping pong practice the next day. My answer to this question is usually the same: yes. What else could we do on a Tuesday night, from 6pm to 10pm?

“Yes. I’m going, Sir,” I responded! “What about you?”

“No, I’m not going,” he said. “Have you heard of the virus circulating in China, Washington State and California?” he says.

I wondered what a virus circulating on the other side of the world had to do with ping pong practice in Boston. I hadn’t seen him since the previous December and I was quite excited to start the year on the right footing with a vigorous practice with him. 

His piece of advice still resonates in my ears: “Be careful. Your health is more important than ping pong. Let’s wait a few weeks and see.”

Ping pong is a deceptively demanding sport and a great way to stay physically and mentally sharp. For 4 hours, nothing matters; nothing registers but the bouncing of the ball. Along the way, the mind is clearing, decluttering. This is full body detox! 

Frankly, I don’t remember life without ping pong. Far from my home country of Senegal, I have forged remarkable relationships with people from distant lands around the ping pong table. In San Francisco, I played with Malaysian, South Korean and Japanese immigrants. As a joke, I call it personal ping pong diplomacy! 

Here in Boston, we have an interesting group of ping pong and badminton players. They come from many countries. Professional backgrounds are just as diverse. At least one of the frequent guests with whom we chat in the gym is a police officer.

Ping pong practice is truly about camaraderie. We play hard and seriously. Between games, we have great conversations about numerous topics, from current news to favorite songs, travel stories, personal projects, and many more. From US politics to French pastries, our opinions may differ but our exchanges remain civil and respectful. These casual conversations help me better understand the experiences of other people.

This is the backdrop against which events unfolded throughout the rest of the year. 

One day, my friend calls me out of the blue and asks if I watched TV in the past few days. I say yes.

“So, you must have seen what happened to this guy,” he says.

“What guy?”  I ask.

“The Black guy who was killed in Minneapolis,” he continues.

“You mean, the Black man who was killed by police? Are you talking about George Floyd?” I say.

“Yes. He must have done something wrong, you know,” my friend suggested.

Now, in general, I try not to rush to judgment and not to read anything into a conversation besides what people are actually saying. But my friend’s comment spooks me a bit.

“Wait, Sir! As far as I know, this man lost his life because he was accused of committing a $20.00 fraud. If this is correct, it is unacceptable as far as I am concerned. Any human life is worth more than $20.00”, I say.

My friend pauses for a second before responding: “Well, we don’t know yet. We’ll learn more in the coming days, I am sure.”

His reaction puzzles me a bit because this is not the first time. My friend is a very decent man of Asian descent: a former U.S. soldier stationed overseas and a retired high school teacher. As such, he has unique insights into many facets of life, and I value those perspectives. But he always seems to think that Black people are guilty as charged. In this particular instance, his stance is troubling to me. 

That evening, as I stared at my computer screen with an empty feeling, I couldn’t help but wonder: “Why are there so many Black people killed by police or some self-styled vigilante?” Nobody should die for $20.00. Michael Milken, Bernie Madoff, among others stole billions but were not shot and killed. They were sent to jail. And, rightfully so. 

Later that week, I went to Nubian Square, initially for grocery shopping. But, when I saw protesters gathering there, I got closer to listen to community leaders. Being present there is my way of showing support in those moments of grief and grievances. Listening is my way to learn more about this somber history. I am no expert on the topic. The larger lesson from studying war and conflicts in world history is that protagonists need to talk in order to bring about the necessary changes. 

Saving Black Lives is not optional. Because the option of not saving Black lives would send a terrible message. The only message worth sending must be that Black Lives do Matter.

As 2021 dawns on us, I am in a hurry to get back to playing ping pong with my friend and the others. We need to talk once again about all current news. We may disagree again but we will listen to each other, laugh with each other, and have fun with each other again.

Thank you for listening! 

Par Dovi Abbey

2020 a été une année inoubliable pour nous tous. Pour moi, l'année a été définie par deux appels téléphoniques avec un très bon ami qui est aussi mon partenaire préféré d'entraînement au ping-pong. Le premier lundi de janvier 2020, il m'appelle pour me demander si j'ai l'intention d'aller à l'entraînement au ping-pong le lendemain. Ma réponse à cette question est généralement la même : oui. Que pourrions-nous faire d'autre un mardi soir, de 18 h à 22 h ?

« Oui. J’y vais, Monsieur », ai-je répondu ! « Et vous ? »

« Non, je n’y vais pas », a-t-il dit. « Avez-vous entendu parler du virus qui circule en Chine, dans l’État de Washington et en Californie ? », il dit.

Je me suis demandé ce qu'un virus circulant à l'autre bout du monde avait à voir avec l'entraînement au ping-pong à Boston. Je ne l’avais pas vu depuis le mois de décembre précédent et j’étais très enthousiaste à l’idée de commencer l’année sur de bonnes bases avec un entraînement vigoureux avec lui.

Son conseil résonne toujours dans mes oreilles : « Faites attention. Votre santé est plus importante que le ping-pong. Attendons quelques semaines pour voir. »

Le ping-pong est un sport faussement exigeant et constitue une excellente façon de rester physiquement et mentalement aiguisé. Pendant 4 heures, rien n'a d'importance; rien ne s'entend que le rebondissement de la balle. En chemin, l'esprit se dégage, se désencombre. C'est une désintoxication de tout le corps !

Franchement, je ne me souviens pas de la vie sans ping-pong. Loin de mon pays d'origine, le Sénégal, j'ai forgé des relations remarquables avec des gens de terres lointaines autour de la table de ping-pong. À San Francisco, j'ai joué avec des immigrants malaisiens, sud Coréens et japonais. Pour plaisanter, je l'appelle la diplomatie personnelle de ping-pong !

Ici à Boston, nous avons un groupe intéressant de joueurs de ping-pong et de badminton. Ils viennent de nombreux pays. Les milieux professionnels sont tout aussi variés. Au moins un des clients fréquents avec qui nous discutons au gymnase est un policier.

L'entraînement au ping-pong est vraiment une question de camaraderie. Nous jouons dur et sérieusement. Entre les jeux, nous avons d'excellentes conversations sur de nombreux sujets, des nouvelles actuelles aux chansons préférées, aux histoires de voyages, aux projets personnels, et beaucoup plus. De la politique américaine aux pâtisseries françaises, nos opinions peuvent différer, mais nos échanges restent civils et respectueux. Ces conversations informelles m'aident à mieux comprendre les expériences des autres.

C'est le contexte dans lequel les événements se sont déroulés tout au long de l'année.

Un jour, mon ami m'appelle soudain et me demande si j'ai regardé la télévision au cours des derniers jours. Je dis oui.

« Ainsi, vous devez avoir vu ce qui est arrivé à ce gars », il dit.

« Quel gars ? » Je demande.

« Le gars noir qui a été tué à Minneapolis », poursuit-il.

« Vous voulez dire, l’homme noir qui a été tué par la police ? Est-ce que parlez vous de George Floyd ? » Je dis.

« Oui. Il a dû faire quelque chose de mal, vous savez », a suggéré mon ami.

Maintenant, en général, j'essaie de ne pas me précipiter vers le jugement et de ne pas lire dans une conversation quoi que ce soit en plus de ce que les gens disent réellement. Mais le commentaire de mon ami m'effraie un peu.

« Attendez, Monsieur ! Pour autant que je sache, cet homme a perdu la vie parce qu'il a été accusé d'avoir commis une fraude de $20.00. Si ceci est exact, c'est inacceptable en ce qui me concerne. Toute vie humaine vaut plus que $20.00 », dit-je.

Mon ami s'arrête une seconde avant de répondre : « Eh bien, nous ne le savons pas encore. Nous en apprendrons davantage dans les jours à venir, j’en suis sûr. »

Sa réaction me rend un peu perplexe parce que ce n'est pas la première fois. Mon ami est un homme très décent d'origine asiatique : un ancien soldat américain stationné à l'étranger et un enseignant du secondaire à la retraite. À ce titre, il a des perspectives uniques sur de nombreux aspects de la vie, et je les valorise. Mais il semble toujours penser que les noirs sont coupables des charges reconnues contre eux. Dans ce cas particulier, sa position me trouble.

Ce soir-là, alors que je regardais fixement mon écran d’ordinateur avec un grand vide, je ne pouvais m'empêcher de me demander : « Pourquoi y a-t-il tant de noirs tués par la police ou par une sorte d'autodéfense ? » Personne ne devrait mourir pour $20.00. Michael Milken, Bernie Madoff, entre autres ont volé des milliards mais n'ont pas été abattus. Ils ont été envoyés en prison. Et, à juste titre.

Plus tard dans la semaine, je suis allé à Nubian Square, d'abord pour faire des courses. Mais quand j'ai vu des manifestants se rassembler là-bas, je me suis rapproché pour écouter les leaders communautaires. Être présent là-bas est ma façon de faire preuve de soutien dans ces moments de profonde tristesse et de griefs. Écouter est ma façon d'en apprendre plus sur cette sombre histoire. Je ne suis pas expert sur ce sujet. La plus grande leçon à tirer de l’étude de la guerre et des conflits dans l’histoire mondiale est que les protagonistes doivent parler pour apporter les changements nécessaires.

Sauver des vies noires n'est pas facultatif. Parce que l'option de ne pas sauver des vies noires enverrait un message terrible. Le seul message qui mérite d'être envoyé doit être que les vies noires ont de l'importance.

Alors que 2021 advient, je suis pressé de revenir à jouer au ping-pong avec mon ami et les autres. Nous devons parler à nouveau de toutes les nouvelles. Nous pourrions ne pas être d'accord à nouveau, mais nous nous écouterons les uns les autres, nous rigolerons les uns avec les autres et nous nous amuserons à nouveau les uns avec les autres.

Je vous remercie pour votre attention ! 

Back to top